Météorites : Un bel inventaire de chondres

Pour réaliser cet inventaire, ma cible a été la chondrite H3/4 Erfoud 15 qui m’a été offerte jadis par Hélène Reyss de la SAF. Cette météorite a été analysée par Mme Michèle Bourot-Denise du MNHN, mais n’a jamais été publiée dans le Meteoritical Bulletin. C’est vraiment dommage car elle est de toute beauté !
Cette lame mince est un véritable trésor de chondres diversifiés. Le plus étonnant pour une Chondrite H, c’est la grande taille de ses chondres dont certains dépassent le mm de diamètre !
Il est admis qu’une chondrite H (très riche en fer) présente des chondres de petites tailles  d’ ~ 0,5 mm maxi.
Nous sommes peut-être en présence d’une exception …
Pour rappel, les chondres, du grec «khόndros », ou sphérules, issues de la condensation de la nébuleuse protoplanétaire il y a 4,567 milliards d’années, ou matière primordiale, nous renseignent sur la formation du système solaire et des planètes.
Cette météorite entre dans la catégorie des météorites primitives métamorphiques de type pétrologique 3 / 4, donc très peu métamorphisée. C’est en fait une brèche constituée de zones types H3 et H4. Les chondres sont très peu altérés et sont très bien définis. A partir du panneau pédagogique que j’ai établi * (ci-joint), nous pouvons situer son origine à la surface et à une faible profondeur d’un astéroïde non différencié dont une partie aurait été éjectée lors d’une collision. Des débris de ces zones 3 et 4 se seraient ensuite réagglomérés pour former une roche bréchique … qui est arrivée sur Terre après un périple de peut-être plusieurs milliards d’années …
Les zones types 3 et 4 des astéroïdes parents non différenciés avoisinent des températures aux alentours de 300 à 400°C.
Ces températures peuvent varier selon la distance de l’astéroïde parent par rapport au soleil, et selon sa taille. (Sylvain Bouley, IMPACTS, page 91.)
* Nota : le dernier bombardement météoritique massif est actuellement remis en question , voir : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/cosmogonie-asteroides-nouveau-doute-grand-bombardement-tardif-35964/
A ce jour, je n’ai pas modifié mon panneau pédagogique, mais cette nouvelle hypothèse sera mentionnée dans une prochaine mouture.


Voici une série de 10 photos de chondres différents, pour la majorité composés de pyroxène.
-Photo 1 : Chondre de pyroxène étiré, architecture en squelette sous forme de lattes. Quelques lattes d’olivine en étoile du plus bel effet.
-Photo 2 : Chondre granulaire d’olivine et de pyroxène, 0,6 mm de diamètre, accompagné à 11h d’un petit chondre de pyroxène fibroradié excentré en forme d’éventail ou de coquille Saint Jacques.
-Photo 3 : « L’empreinte digitale d’un Alien » ! Beau chondre de pyroxène fibroradié excentré en enroulement hélicoïdal, 0,75 mm dans sa plus grande dimension. Très belle structure !
-Photo 4 : Un festival de chondres : en haut à  gauche, un chondre étiré  granulaire à olivine et pyroxène. A gauche, une petit chondre sphérique granulaire à olivine, avec en son centre un cristal automorphe d’olivine. En bas, un chondre de pyroxène radié et barré (diamètre 0,8 mm).
-Photo 5 : Un chondre de pyroxène barré de 1 mm de diamètre.
-Photo 6 : Un chondre de pyroxène fibroradié excentré en éventail « forme d’aile de papillon »  1 mm.
-Photo 7 : Un pyroxène particulièrement original ! 1mm.
-Photo 8 : Le petit « géant » de pyroxène  de 1,2 mm de diamètre. Radié et barré.
-Photo 9 : Un chondre de pyroxène fibroradié excentré en éventail, diamètre 0,8 mm, accompagné à gauche d’un petit chondre granulaire à olivine, et autres congénères à olivine, et celui à 14h composé à majorité de pyroxène, et de quelques grains d’olivine.
-Photo 10 : Vue panoramique de cette lame mince prise avec la table polarisante made in S.A.F couplée à mon oculaire Plossl de 32 mm à grand champ. La dimension de la lame est telle qu’elle dépasse du champ de l’oculaire.
Sur la photo N° 4, un manque de matière laisse le passage à la lumière. On pourra constater le calage de l’analyseur sur l’extinction (zone sombre à l’image d’un foucaultage de miroir).
Bonne lecture !

Patrice Guérin,
Référent Vigie-Ciel Astrolys. Membre de l’équipe régionale Vigie-Ciel Centre Val de Loire de la SAT, 37,Tauxigny.
Société Astronomique de France