Chroniques de l’ISS – #5

L’expédition 1, la construction continue

[11 juin 2021]

Ce laboratoire américain, Destiny, va justement être apporté par la navette Atlantis en février 2001, il sera monté à la suite du port qui vient d’être installé à l’avant de l’ISS. Puis la navette Discovery apporte un module d’échange MPLM (sert de transport de nourriture expériences etc.. et en retour d’ordures et de d’expériences à ramener sur Terre). Discovery servira de transporteur de retour pour cette première expédition, les astronautes seront restés plus de 4 mois à bord.

Destiny sortant du ventre de la navette pour être installé sur l’ISS. Crédit : NASA

Comme on le voit, le laboratoire Destiny, construit par Boeing, est un long cylindre (8,5 m par 4,3 m de diamètre), il peut contenir des emplacements pour des racks d’équipements scientifiques. Destiny est installé dans le prolongement du module Unity, après déplacement d’un module d’amarrage (PMA-2 Pressurized Mating Adapter). Comme on le voit sur cette photo de Destiny prise par la mission STS 113. Plus tard les raccordements des laboratoires Européens (Columbus) et Japonais (Kibo) seront effectués grâce à un nouveau module.

Destiny est le laboratoire principal américain. Bientôt, nous parlerons plus longuement de l’étude des différents systèmes d’amarrage.


Crédit : NASA

Ici, une vue de Destiny une fois équipé d’une foule d’instruments.

Crédit : NASA

Après 4 mois à bord, les astronautes de l’Expedition 1 sont remplacés par l’Expedition 2 qui venait juste d’arriver avec la même Discovery. Ils resteront près de 6 mois à bord. C’est pendant cette deuxième expédition que l’on va installer le bras articulé Canadien, Canadarm2 et le sas Quest permettant des sorties sûres dans l’espace pour les astronautes américains ; cela étant effectué grâce à de nombreuses EVA.

Justement, comment travaille-t-on dans l’espace ? Difficilement parait-il !

Jean Perre-Martin
Prochaine chronique : le travail dans l’espace durant les EVA.