Upsala, au cœur du “champ de glace Sud de Patagonie”

Thomas Pesquet nous propose une nouvelle photographie de la Terre prise depuis l’ISS, en postant sur les réseaux sociaux ce cliché avec le commentaire suivant : “ Le glacier d’Upsala, en Amérique du sud, s’étend de la frontière entre le Chili et l’Argentine au parc national Los Glaciares. Le spectacle des glaciers est à la fois majestueux, avec ses lentes vagues de glace qui se déversent dans une eau dont la teinte de bleu trahit la température, mais aussi inquiétant. Partout, ils reculent, ce qui est tout à fait visible depuis l’espace, non seulement à l’œil nu, mais surtout grâce aux satellites d’observation dont les instruments spécialisés et les orbites répétitives permettent aux scientifiques de confirmer le réchauffement climatique “.

L’image a été prise le 8 mai à 18h38, à l’aide d’un Nikon D5 muni d’un objectif de 1150 mm ouvert à 16. Le Nord se situe vers 14 heures.

Nous sommes sur le versant oriental de la cordillère des Andes méridionale, côté Argentin donc. A quelques kilomètres à l’Est (en haut à gauche sur le cliché), c’est le Chili. La zone fut durant très longtemps – et jusqu’à très récemment – l’objet d’âpres discussions et de revendications entre les deux pays, qui mirent un certain temps pour délimiter leur frontière terrestre commune (la plus longue frontière d’Amérique du Sud). Un accord fut finalement trouvé entre les deux pays en … 1998 !

Nous sommes donc au-dessus du “champ de glace Sud de Patagonie”, un vaste domaine glaciaire de 350 km de long et d’une superficie de près de 17000 km², dont l’essentiel se trouve au Chili. Il s’agit de la 3è calotte glaciaire au monde, après celles de l’Antarctique et du Groenland.

Comme le fait remarquer Thomas Pesquet, les glaciers de la planète ont pour la plupart une grande et fâcheuse tendance depuis quelques décennies déjà, à reculer et à rétrécir (en épaisseur) sous les coups de boutoir du réchauffement climatique en cours. C’est du reste très visible non pas sur le cliché de l’astronaute, mais sur les animations de Google Earth Timelapse qui permettent de remonter le temps ! Dans sa partie aval,  le glacier Upsala a ainsi perdu ces 20 dernières années, jusqu’à 20 m d’épaisseur par an, tandis que dans les parties amonts, il a perdu de 1 à 10 m environ selon les endroits, et cela chaque année ! Si c’est un large constat partagé par les glaciologues et la communauté des scientifiques, il faut toutefois préciser que certains glaciers – mais ils sont rares – grossissent légèrement. Le réchauffement climatique est une réalité qui prend à de très rares occasions, des aspects inattendus…

Revenons au cliché de Thomas Pesquet et au magnifique glacier Upsala, situé dans la province de Santa Cruz, à moins de 80 km au Sud du célèbre Fitz Roy. Ici la topographie est aussi complexe que la scène est magnifique. En fait, la langue glaciaire du glacier Upsala prend naissance à environ 40 km à l’amont de sa partie terminale, et s’épanche entre deux immenses lacs presque parallèles : le Lago Argentino au Sud, et le Lago Viedma au Nord. A sa terminaison, le glacier Upsala fait environ 1600 m de large. Notez les différentes moraines (médianes et latérales) visibles sur les trois glaciers, et notamment à leur confluence. Notez également les crevasses et les séracs caractéristiques de ces formations. Quant aux eaux de fonte, elles terminent directement dans le lac à l’aval.

Gilles Dawidowicz, président de la Commission de Planétologie

Crédits : ESA/NASA–T. Pesquet

Retrouvez l’image sur Google Maps.

Retrouvez l’image sur Google Earth et activez l’option Timelapse pour remonter le temps.