Merveilleuse Egypte

Thomas Pesquet nous offre une nouvelle vue particulièrement belle de la Terre prise depuis l’ISS, en postant sur les réseaux sociaux ce cliché avec le commentaire suivant : “ La terre est vaste mais il y a des lieux reconnaissables au premier coup d’œil: la vallée du Nil et son delta, dont la fertilité tranche avec le désert environnant, et qui se jette dans le bleu de la Méditerranée, en fait clairement partie “.

L’image a été prise le 27 avril à 9h36, à l’aide d’un Nikon D5 muni d’un objectif de 28 mm ouvert à 10. Le Nord est vers 11 heures.

Le cliché couvre quasiment toute l’Egypte du Nord au Sud (même s’il manque une grande partie du territoire à l’Ouest du pays), et nous laisse découvrir les 1000 derniers kilomètres du 2ème fleuve le plus long du monde après l’Amazone : le Nil ! On y voit ici son cours inférieur, alors que ce fleuve s’écoule le long d’un parcours bien plus long de 6700 km ! Ce n’est évidemment pas la première fois que Thomas a photographié l’Egypte et ses merveilles, dont les pyramides de Gizeh ou le lac Nasser qu’il avait survolés à plusieurs reprises lors de la mission Proxima…

Ce cliché peu commun car pris avec un angle très oblique, permet de saisir outre le delta du Nil et la ville du Caire, la moitié Nord de la mer Rouge, le SinaÏ, Israël, la mer Morte, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, l’Irak… Nous aurons surement l’occasion de revenir sur cet incroyable delta du Nil qui, comme le précise Thomas, est reconnaissable au premier coup d’œil…

Attardons nous plutôt sur une région peu connue de l’Egypte : le désert noir. Si le désert blanc et l’oasis d’Al-Farafra sont très connus pour leur singularité et leur incroyable beauté, on ne les voit malheureusement pas sur ce cliché (ils se trouvent au-delà du coin bas gauche). Mais, le désert noir est quant à lui bien visible : c’est la petite “virgule” dans le bas gauche de l’image et dont l’oasis d’Al-Bahariya en est la partie la plus remarquable. Il se situe à moins de 400 km au Sud-Ouest du Caire. On y trouve tout autour des petites collines noires absolument splendides composées de quartzite et de dolomite ferrugineuse. Ce paysage tranche radicalement avec le reste de la région, un reg des plus classiques du désert Libyque…

Pour finir cette promenade en Egypte, comment ne pas s’attarder à Medinet el-Fayoum, la capitale du gouvernorat du Fayoum. Elle se situe en rive gauche du Nil, à environ 100 km au Sud-Ouest du Caire. Sur ce cliché, c’est la zone en forme de cœur qui se situe sous le delta du Nil, dans la gigantesque oasis du Fayoum. Bâtie sur le site de la ville de l’Egypte antique de Shedet, les Grecs anciens nommaient le lieu Crocodilopolis. Depuis toujours la région est fertile, et permet la culture de céréales, de fleurs, de fruits et de légumes. Ici le climat est désertique chaud ! L’oasis du Fayoum est en fait une vaste dépression dans le désert couvrant une superficie d’environ à 1500 km² et comprenant des champs irrigués notamment par le Bahr Youssouf, un bras du Nil qui draine les eaux du fleuve avant de se jeter tout au Nord dans un grand lac salé : le lac Moéris, bien visible sur le cliché de Thomas. Ce lac s’étend sur environ 500 km² et fait 45 km de longueur pour 10 km dans sa plus grande largeur. Situé à environ 44 m au-dessous du niveau de la mer, il présente une profondeur moyenne de 5 m. C’est aujourd’hui un site Ramsar où la faune aviaire peut se reposer…

Gilles Dawidowicz, président de la Commission de Planétologie

Crédits : ESA/NASA–T. Pesquet

Retrouvez l’image sur Google Maps