Chroniques de l’ISS – #3

Le début de la construction de l’ISS avec les modules Zaya et Unity

Le premier élément est lancé en novembre 1998 par les Russes (fusée Proton), c’est le module Zarya (aube en russe), il est construit par les Russes mais payé par les Américains. Cela va être le point de départ du raccordement d’autres modules. Zarya est relativement spacieux. Zarya ou FGB (Functional cargo Block) sera donc le tout premier module de la future station spatiale internationale. Il est construit par la Société Krounitchev pour l’agence spatiale russe Roscosmos mais en fait c’est la NASA qui passe commande. En effet les USA se reposent sur une société qui a l’expérience avec les modules pour l’espace et c’est moins cher que de démarrer de zéro.
Zarya est un cylindre de 4 m de diamètre et de 12,5 m de long. Il s’inspire des modules équivalents de Salyut ou de Mir. Il est pressurisé car il va être bientôt habité, sa masse 24 tonnes. Sa fonction en cette période de démarrage est importante, car Zarya grâce à ses panneaux solaires se charge de l’énergie électrique de cet embryon de station, de plus il va permettre le contrôle d’attitude des premiers éléments, via ses moteurs. De plus il possède à une extrémité des ports d’amarrage pour de futurs vaisseaux de ravitaillement ou de modules supplémentaires. Cela arrange bien les Américains, car Boeing, qui a reçu le contrat pour construire les modules US n’est pas encore prêt.


Zarya à gauche et Unity à droite de l’image (NASA)

Zarya est sur une orbite approx de 400 km d’altitude et inclinée de 52°. Ce sera celle de l’ISS pendant toute sa vie. On verra plus loin que de temps en temps il faudra remonter la station de temps en temps, car même à cette altitude, il reste quelques molécules d’air qui la freine.
À la fin de l’année 1998, la navette Endeavour STS-88 après plusieurs sorties dans l’espace (EVA), accroche le module de jonction américain (on appelle cela des nœuds, ou Node en anglais) numéro 1 qui va prendre le doux nom de Unity.
Unity, premier élément US de la station comporte six ports d’amarrage. Il va permettre plus tard de connecter les modules suivants comme Harmony et Tranquility.
C’est Unity, qui va servir de pont de passage entre la partie russe de la station et la partie américaine. Plus tard il permettra aussi d’accueillir temporairement une poutre support de la station.
Zarya et Unity sont maintenant prêt pour la prochaine étape, elle sera vitale, puisqu’elle va accueillir dans moins de deux ans, le module d’habitation russe Zvesda.

Jean-Pierre Martin
Prochaine chronique :Zvesda, l’ISS est maintenant habitable !