50 nuances de bleus

Thomas Pesquet a passé son premier mois dans la Station spatiale internationale, avec un emploi du temps bien rempli. Sur son temps libre, le soir et le weekend, il prend le temps de photographier la Terre et ses plus beaux paysages depuis les hublots de la station. Ainsi, il a récemment posté sur les réseaux sociaux ce cliché avec le commentaire suivant : “ Une photo au grand-angle, ça déforme un peu, mais difficile de faire rentrer toutes les couleurs des Bahamas dans une seule fenêtre de la Cupola. Une fois le cargo Cygnus parti dans quelques semaines, il n’y aura plus de panneaux solaires pour photobomber mes prises”.

L’image a été prise le 02 mai à 15h04, à l’aide d’un Nikon D5 muni d’un objectif de 16 mm ouvert à 16. Le Nord se situe vers 10 heures.

Nous sommes au-dessus de l’archipel des Bahamas, de Nassau, de Cuba et de la pointe Sud de la Floride. Et si tout le monde a entendu parlé des Bahamas et de la beauté de cet archipel comme de toute la région qui se situe à la limite entre le Nord de la mer des Caraïbes et le Sud-Est du Golfe du Mexique, seuls les astronautes peuvent se rendre vraiment compte des incroyables nuances de bleu que la Terre peut offrir…

Ici le climat est tropical, modéré par les eaux chaudes du Gulf Stream, ce courant océanique qui prend sa source précisément dans la région, puis filant vers le Nord, finit par se perdre dans l’Atlantique Nord en arrivant au Groenland après avoir léché la côte Est des Etats-Unis et s’être divisé en plusieurs bras océanique.

L’archipel des Bahamas regroupe environ 700 îles et îlots sur près de 260.000 km² dont seulement une vingtaine sont habités. Andros, au centre du cliché de Thomas, est le plus important regroupement d’îles, une sorte d’archipel dans l’archipel, composé de trois îles principales : Andros Nord, Andros Sud et Mangrove Cay. Le tout s’étendant sur environ 200 km par 70 km, et une immense barrière de corail périphérique parmi les plus importantes au monde, peu profonde (entre 2 et 4 m) mais très épaisse (jusqu’à 2000 m). C’est du reste cette barrière de corail, des hauts-fonds, des bancs de sable, des cayes, des récifs alentour, de nombreux rochers, des grottes sous-marines et des cénotes qui donnent à toute la région cet aspect aux 50 nuances de bleus, dont un bleu turquoise envoûtant. L’océan parachève la scène, oblitérée par quelques nuages blancs…

Par ailleurs, le cliché nous révèle également la façade atlantique de Cuba (la plus grande des îles des Antilles, longue de 1.210 km) et sa côte parsemée d’îles, d’îlots et de cayes. Il y en aurait 4.095 tout autour : n’hésitez pas à les compter ! Ici le climat est une fois encore tropical (nous sommes tout près du Tropique du cancer), et les alizés ainsi que l’air ambiant humide rendent la région très agréable, y compris à la saison sèche, mais surtout quand elle n’est pas frappée par un ouragan !

Gilles Dawidowicz, président de la Commission de Planétologie

Crédits : ESA/NASA–T. Pesquet

Retrouvez l’image sur Google Maps.