Le canal de Corinthe

Thomas Pesquet nous propose une nouvelle vue prise depuis l’ISS, en postant sur les réseaux sociaux ce cliché avec le commentaire suivant : “ Dans la série des canaux, je voudrais le canal de Corinthe ! Il tranche l’isthme du même nom en deux comme un coup d’épée, avec ses parois impressionnantes qui dépassent largement la hauteur des navires qui le traversent. Pas visible à l’œil nu depuis l’espace… sauf si on sait précisément où regarder L’avantage des voyages spatiaux longs : on finit par connaître la planète par cœur ”.

L’image a été prise le 22 mai 2021 à 16h12, à l’aide d’un Nikon D5 muni d’un objectif de 1150 mm ouvert à 10. Le Nord se situe vers 15 heures. L’image couvre une zone d’environ 10 km x 15 km.

Nous sommes en Grèce, au-dessus du canal de Corinthe construit entre 1882 et 1893 pour relier le golfe de Corinthe dans la mer Ionienne (en haut du cliché, à l’Ouest dans la réalité), au golfe Saronique dans la mer Égée (en bas du cliché, à Est dans la réalité). Le percement de ce canal fait donc de la péninsule du Péloponnèse une île séparée du reste de la Grèce, et uniquement reliée par quelques ponts.

Le percement du canal a représenté plus de 10 millions de mètres cubes de terrassement et permet aux navires jusqu’à 10.000 tonneaux et 8 m de tirant d’eau (essentiellement des navires de tourisme) d’éviter le contournement du Péloponnèse, soit 400 km environ de route vers le Sud. Il mesure 6.343 m de long et 25 m de large, pour une tranchée qui parfois atteint 52 m de haut et une profondeur de 8 m.

Mais revenons au cliché de Thomas. On distingue 5 ponts et passerelles jetés sur le canal. Ils permettent aux piétons mais aussi aux véhicules de traverser facilement les deux rives. Le spectacle doit être grandiose dans la partie centrale, qui offre aux piétons une vue plongeante sur ce canyon artificiel digne des canaux fantasmés sur la planète Mars à la fin du 19è siècle…

Notez également le parcellaire : on devine les champs d’oliviers. Il y en a sur des centaines d’hectares, dans de petites exploitations familiales.

Enfin, on remarque facilement les villes. A l’entrée Nord du canal de Corinthe, de part et d’autre se trouvent Corinthe et Loutráki. Corinthe (en haut à gauche du canal) se repère vite à son port et à ses digues qui le protègent, car la ville a depuis toujours été une importante étape commerciale du fait de sa position privilégiée dans la région…

“En face”, sur le côté droit du cliché et à environ 5 km au Nord de Corinthe, on trouve la petite ville de Loutráki, station balnéaire connue pour ses thermes. Elle se trouve au pied des monts Géraniens situés juste au Nord et à l’Est, et bien visibles sur le côté droit du cliché. Ils s’étendent sur environ 30 km d’Est en Ouest et sur 10 km du Nord au Sud. Ils culminent à 1.351 m d’altitude avec le Makryplagi, célèbre pour la bataille du même nom qui s’y est déroulée vers 1263 et qui opposa l’Empire byzantin et la principauté d’Achaïe… Les monts Géraniens font partie de la Corinthie et de l’Attique de l’Ouest et sont essentiellement couverts de forêts, de petites prairies et de quelques champs cultivés. Loutráki, est située dans une zone sismique active et fut totalement détruite en 1928 par un tremblement de terre.

Enfin, en bas du cliché, de part et d’autre de l’entrée Sud du canal de Corinthe, on trouve le petit village nommé Isthmia qui fait face au golfe Salonique. C’est ici que se déroulaient dans l’Antiquité, les Jeux Isthmiques. Aujourd’hui, on y trouve les ruines d’un temple de Poséidon, d’un théâtre et d’un stade antiques.

Gilles Dawidowicz, président de la Commission de Planétologie

Crédits : ESA/NASA–T. Pesquet

Retrouvez l’image sur Google Maps.