LE STAGE ASTROCIEL JEUNES 2019

Les activités proposées aux stagiaires

  • AstroCiel jeunes 2019, du 7 à 10 août à Valdrôme

  • L’équipe

  • Course du Soleil : évolution de l’ombre du gnomon

  • Les quatre saisons

  • Retrouver les phases de la Lune

  • Chute des météorites

  • Préparation du terrain d’atterrissage

  • Observation directe du Soleil

  • Voir les taches du Soleil

  • Bien orienter son télescope

  • Ici

  • Instruments apportés par les stagiaires

  • Travail…

  • …de jour…

  • …et de nuit

  • Les ombres de la nuit

  • Reconstituer une partie de la Grande Ourse (logo SAF)

  • Des moments d’écoute…

  • …et d’activités

  • Des moments de détente intellectuelle…

  • …et physique

  • Mettre la pression dans la fusée à eau

  • Lancer la fusée à eau

  • Essais nocturnes

Des stagiaires heureux !

Compte rendu du stage AstroCiel jeunes 2019

Le stage AstroCiel Jeunes 2019 s’est déroulé dans d’excellentes conditions. Il y avait 10 stagiaires d’âges proches (garçons et filles) qui constituaient un groupe bien homogène. Un bon nombre étaient venus en apportant leur instrument d’observation : lunette ou télescope. Le programme prévu a été réalisé en respectant le rythme de chacun et en alternant les moments de travail et de détente. En particulier avec le lancement spectaculaire de fusées à eau.

A l’aide de nombreuses maquettes appropriées, la session débutait avec l’explication de l’alternance du jour et de la nuit, du mouvement apparent du Soleil et des étoiles dans le ciel, de l’explication du phénomène des saisons. Puis l’étude de la Terre, de la Lune avec ses phases et l’explication des éclipses.

Le Système solaire a été étudié à l’aide d’une maquette respectant une échelle adéquate. Compte tenu du terrain on a décidé de choisir 45 m entre le centre du Soleil et la planète la plus éloignée (Neptune), ce qui revenait à utiliser 1 m sur le terrain pour représenter 100 millions de km. Le système solaire à l’échelle adoptée fut ainsi matérialisé le long du chemin d’accès au restaurant de la station de telle sorte que tout le monde puisse en profiter. A l’emplacement de chaque planète une fiche technique donnait ses propriétés spécifiques.

Une autre maquette, pour comparer le diamètre des planètes entre elles et avec le Soleil, a été réalisée en utilisant une échelle différente. On pouvait découvrir par exemple que pour obtenir le diamètre du Soleil il faudrait aligner côte à côte 110 Terres…

La dernière séance a été consacrée à la fabrication de l’astérisme principal de la Grande Ourse (la casserole) ou de celui de Cassiopée. Pour cela on utilise une feuille de papier millimétré collée sur une plaque de polystyrène et on plante verticalement des piques à brochette aux points de coordonnées indiquées ; chaque tige a une hauteur bien déterminée. Il ne reste plus qu’à coller une étoile fluorescente à l’extrémité de chaque tige et de relier ces étoiles pas un fil tendu (voir photo).

Chaque soir des observations nocturnes ont eu lieu ; une occasion pour chaque stagiaire d’apprendre à bien utiliser son appareil.

Christian Larcher
Responsable du stage