[6 novembre 2021]

Pas de relève en vol d’astronautes européens

Matthias Maurer (à gauche) aux côtés de Thomas Pesquet, devant le siège de SpaceX en Californie
Crédit : ESA

Les retards du lancement de Crew 3, d’abord pour des questions de sauvegarde sur les zones de récupération d’urgence, du fait ensuite d’un problème de santé d’un membre d’équipage, puis à nouveau en raison des incertitudes météorologiques, ne permettront pas de réaliser une première pour l’Europe spatiale : un astronaute de l’Agence spatiale européenne, Thomas Pesquet, devait être relevé par un autre Européen, Maurer Matthias, assurant ainsi la continuité de la présence européenne dans la Station spatiale internationales, sur deux missions successives : Alpha et Cosmic Kiss. Las, le Français devrait rentrer sur Terre le 8 novembre, et son collègue allemand ne devrait s’envoler vers l’ISS que trois jours plus tard.

D’autres retrouvailles d’astronautes européens sur orbite

Par le passé, plusieurs astronautes venant d’Europe se sont retrouvés ensemble dans l’espace. Ainsi, le 30 octobre 1985, le premier vol réunissant plusieurs astronautes de l’ESA fut le vol STS-61A (Spacelab D-1), avec à son bord les Allemands Reinhard Furrer et Ernst Messerschmid, et le Néerlandais Wubbo Ockels.

Plusieurs autres vols réunissant plusieurs Européens ont suivi, avec notamment l’Italien Franco Malerba et le Suisse Claude Nicollier lors du vol STS-46 en juillet-août 1992. Les Allemands Hans Schlegel et Walter Ulrich volèrent ensemble en avril-mai 1993, lors de la mission STS-55. Claude Nicollier revola avec le Français Jean-François Clervoy en décembre 1999 pour une mission de maintenance du télescope spatial Hubble (STS-103).

Le record reste à ce jour de quatre Européens simultanés dans l’espace, puisqu’en février-mars 1996, Claude Nicollier vola à bord de STS-75 en compagnie de deux Italiens, Maurizio Cheli et Umberto Guidoni, tandis que l’Allemand Reiter Thomas se trouvait à bord de la station Mir pour la mission de longue durée Euromir 95.

En 1999, le Slovaque Ivan Bella décolla en compagnie du Français Jean-Pierre Haigneré à bord du vaisseau Soyouz TM-29. Jean-Pierre Haigneré restera près de six mois dans la station Mir lors de la mission Perseus. Cela permettra d’établir le record français d’astronautes présents en même temps dans l’espace puisque Michel Tognini vola également en juillet 1999 lors de la mission STS-93 dédié au déploiement du télescope Chandra. Ils ne se rencontrèrent pas, mais communiquèrent par radio lors de ce vol.

Des Européens sur l’ISS

L’ère de la Station spatiale internationale permis également la rencontre de plusieurs Européens. Des astronautes affectés aux vols navettes rencontrèrent des membres d’expédition européens prévus dans différents vols longs.

Ce fut le cas de l’Allemand Thomas Reiter, membre de l’Expédition 13/14 entre mars et décembre 2006, qui accueillit le Suédois Chris Fuglesang, affecté au vol STS-116 de la navette Discovery en décembre. Thomas Reiter revient d’ailleurs sur Terre à bord de la navette en compagnie de son collègue.

L’Allemand Hans Schlegel décollera avec le Français Léopold Eyharts en février 2008 lors de la mission STS-122 dédié à la livraison du laboratoire européen Columbus. Tandis que Hans Schlegel redescendra à bord de la navette Atlantis, Léopold Heyharts, restera lui dans la station en tant que membre d’équipage de l’Expédition 16 et participera à la mise en route du module européen.

Le Belge Frank de Winne, membre de l’Expédition 20/21 et premier commandant européen de l’ISS, accueillit le Suédois Chris Fuglesang lors de sa seconde mission, STS-128 en août-septembre 2009.

Enfin, l’Italien Paolo Nespoli, membre de l’Expédition 26/27, accueillit son compatriote Roberto Vittori lors de la mission STS-134 de la navette Endeavour, en mai-juin 2011.

Une autre relève européenne en perspective

Les astronautes de la promotion 2009 de l’ESA (Luca Parmitano, Alexander Gerst, Samantha Cristoforetti, Andreas Mogensen, Tim Peake et Thomas Pesquet, dans l’ordre de leur premier vol spatial) se succédèrent dans l’ISS de 2013 à 2017, mais sans jamais se croiser.

Thomas Pesquet et Matthias Maurer ont donc raté l’occasion d’effectuer la première relève d’astronautes européens en vol sur l’ISS. Cette première interviendra sans doute au printemps 2022, quand l’Italienne Samantha Cristoforetti, affectée au vol Crew 4, prendra la suite de Matthias Maurer au bord du complexe orbital…

Docteur Guélove Nolevaux