Mars 2020 : et de 3 ! La NASA aussi !

Et voilà, et de trois ! Après Hope et Tianwen-1, c’est la NASA qui décoche le troisième tir vers Mars avec la mission Mars 2020 rebaptisée en Perseverance.

C’est le 30 juillet à 13H50 heure de Paris que la plus puissante fusée US et une des plus sûres, une Atlas V Centaur s’est envolée de Cape Canaveral avec son précieux chargement.

On venait juste d’y inclure quelques jours avant, le générateur isotopique RTG (Radioisotope Thermoelectric Generator) au Pu dans la sonde. Cette opération se fait au dernier moment afin de ne pas fabriquer trop de chaleur sous la coiffe avant le départ.

Atlas V avec sa charge utile, l’étage Centaur et la coiffe avec Persévérance. Crédit : NASA/Joel Kowsky

Une heure après le décollage, la sonde grâce au deuxième étage Centaur, atteint la deuxième vitesse cosmique (11,2 km/s) ce qui lui permet d’échapper à l’attraction terrestre et de se diriger vers sa cible : la planète rouge.

Le site d’atterrissage vu par l’instrument MOLA de MGS. Crédit : NASA/MGS/MOLA Science Team

Mais pas n’importe où sur Mars, la zone d’atterrissage a été déterminée, c’est le cratère Jezero, à l’embouchure d’un ancien delta qui date d’approximativement 3,6 milliards d’années.

Comme c’est une zone où l’eau a dû couler il y a très longtemps, Perseverance, devrait chercher des traces de cet écoulement et peut être de possibles signes d’une vie passée éventuelle.

De plus, ce qui est nouveau, le robot va recueillir des échantillons du sol qui devraient être ramassés plus tard lors d’une seconde mission, on en reparlera.

Photo de la région prise par MRO. Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS/JHU-APL

Vous avez déjà remarqué que Perseverance ressemblait étrangement à Curiosity, c’est normal c’était l’exemplaire qui restait à Terre pour essais et simulations. Mais pas que ! Il comporte des éléments nouveaux comme le recueil d’échantillons et surtout un petit hélicoptère, baptisé Ingenuity, chargé d’étudier la région. Il est donc plus lourd de plus de 100 kg.

Comme Curiosity, il va se poser (en automatique à cause de l’énorme distance entre Mars et la Terre) grâce à l’astucieux « Skycrane », cette grue qui va le déposer délicatement au sol après les séquences classiques comme bouclier thermique et parachute supersonique. Un système élaboré de navigation à base de cartes du sol enregistrées dans la mémoire de Persévérance, devrait l’amener à l’endroit voulu.

Une fois posé et le terrain reconnu, la vraie mission originale de Perseverance va commencer : recueillir des échantillons (une quarantaine) et les conditionner pour un ramassage ultérieur, mais ça, c’est une autre histoire encore plus complexe !

Attendons d’abord début février 2021, l’atterrissage de la mission, nous en reparlerons.

Vue de Persévérance et de son hélicoptère Ingenuity. Crédit : NASA/JPL-Caltech