[8 novembre 2021]

L’homme doit se connaître lui-même

Pierre Léna est un astrophysicien français, considéré comme un des spécialistes mondiaux de l’optique adaptative – un procédé qui permet de s’affranchir de l’atmosphère terrestre pour l’observation astronomique. En 1996, avec deux autres membres de l’Académie des Sciences, Georges Charpak et Yves Quéré, il a participé au lancement du programme « La Main à la Pâte », qui aide les enseignants des classes primaire à faire des sciences à l’école.

 

Cher Thomas Pesquet,

Je me souviens d’avoir, vers 1996 donc il y a bien longtemps, participé à une émission régulière de télévision, qui s’appelait « La marche du siècle ». Elle était très suivie et, ce soir-là, elle portait sur l’homme dans l’espace.

L’un de vos prédécesseurs, Valeri Poliakov, qui tenait alors le record de vol habité avec 437 jours, 17 heures et 58 minutes, était présent sur notre plateau. Lors de l’échange, je lui demandai ce qu’il avait retenu de sa longue contemplation de notre Terre. A ma surprise, il me répondait : « L’homme doit se connaître lui-même ! ». Alors je lui dis : « Savez-vous que cette phrase, très exactement, fut écrite sur le fronton du temple d’Apollon à Delphes, quatre siècles avant l’ère chrétienne ? Je trouve admirable votre convergence avec la sagesse grecque, qui pourtant n’avait pas vu notre humanité de si haut ».

Avec la simplicité qui le caractérisait, Valeri Poliakov me répondit qu’il ne connaissait pas le texte de ce fronton…

Je vous souhaite, du fond du cœur, cher Thomas Pesquet, une heureuse fin de mission.

A votre retour sur Terre, vous saurez nous transmettre, j’en suis certain, ce que ces longues orbites autour d’elle vous auront appris.

Pierre Léna