L’expérience Celestial immunity

[23 juillet 2021]

Crédit : NASA

Au sein de l’Expedition 65 qui séjourne actuellement à bord de la Station spatiale internationale, les astronautes américains Megan McArthur et Mark Vande Hei travaillent régulièrement sur une expérience de sciences de la vie appelée Celestial immunity. Cette expérience est menée à l’aide de la boîte à gants des sciences de la vie LSG.

L’expérience Celestial immunity
L’objectif de l’expérience « Dissecting the Influence of Gravity on Human Immune Function in Adults and the Elderly (Celestial Immunity) » – Fonction immunitaire humaine chez les adultes et les personnes âgées (Immunité céleste) – est de disséquer l’influence de la pesanteur sur la fonction immunitaire humaine, chez les adultes et les personnes âgées, profitant du fait que les cellules vieillissent plus vite dans l’espace. Des cellules mononucléaires du sang périphérique (PBMC), provenant à la fois de donneurs âgés et de donneurs adultes plus jeunes de donneurs, sont ainsi observées par les astronautes expérimentateurs à l’intérieur de la boîte à gants des sciences de la vie LSG.
Les cellules ont été livrées congelées à bord de l’ISS. Elles sont décongelées et pelletées par centrifugation, après quoi elles sont suspendues dans un milieu de culture et incubées pendant 120 heures. Les surnageants sont récoltés à quatre moments (0, 24, 48 et 120 heures), placés dans un nouveau tube contenant un tampon de lyse de l’ARN, puis congelés pour une analyse ultérieure sur Terre. Les tests dans l’espace sont effectués en parallèle avec les échantillons restés sur Terre, à la fois en 1 G et dans un dispositif de clinostat pour imiter la micropesanteur au sol. Les cultures nécessitent des conditions aérobies, à une température de 37°C et avec une concentration de 5% en dioxyde de carbone.
Les résultats de l’expérience, qui est proposée par le laboratoire français Sanofi Pasteur, l’entité mondiale vaccins de Sanofi, pourraient faciliter la mise au point de nouveaux vaccins et de médicaments immunobiologiques, voire d’imaginer leur production dans l’espace et leur commercialisation.

La boîte à gants LSG
La boîte à gants des sciences de la vie LSG (Life Science Glovebox) est un mini-laboratoire dédié à la biologie du développement des cellules, des insectes, des plantes aquatiques et des animaux. Elle a été livrée sur la station fin septembre 2018, à l’aide du vaisseau-cargo automatique japonais HTV 7 « Kounotori 7 », et est aujourd’hui installée dans le laboratoire pressurisé japonais Kibo.
La boite mesure environ un demi-mètre cube, et bénéficie d’une température intérieure régulée à 18-27ºC (+/-1ºC). Totalement hermétique, elle permet d’éviter tout échange de matériel biologique entre la zone de travail et l’habitacle. Elle accueille un aspirateur, un moniteur vidéo, deux caméras vidéo et un éclairage interne, dont deux projecteurs. Lorsque l’air circule dans l’espace de travail, des filtres à charbon actif le nettoient en permanence en absorbant les produits chimiques qui peuvent être présents. En outre, un filtre à air à haute efficacité élimine les particules et les aérosols.
Deux membres d’équipage peuvent utiliser la LSG en parallèle, manipulant les échantillons à l’aide de gants qui sont enfilés à travers la vitre qui compose la face avant de l’installation.

Pierre-François Mouriaux