[12 novembre 2021]

Les patchs de la mission Crew 3

Le 11 novembre a décollé depuis le Centre spatial Kennedy l’équipage Crew Dragon 3 vers la Station spatiale internationale (ISS). Cet équipage devait relever Crew 2, dont faisait partie Thomas Pesquet, et qui était à bord de l’ISS depuis le 24 avril dernier, mais différents reports (météo, médical) ont fait que Crew 3 n’a décollé que deux jours après le retour de Crew 2.

Patch officiel de la NASA pour Crew 3

Tout d’abord, on y voit le nom des 4 astronautes de cet équipage :

  • Raja Chari, commandant du Dragon, 44 ans, 1er vol, USA (NASA)
  • Tom Marshburn, pilote du Dragon, 61 ans, 3ème vol, USA (NASA)
  • Matthias Maurer, 51 ans, 1er vol, Allemagne (ESA)
  • Kayla Barron, 34 ans, 1er vol, USA (NASA)

Comme pour les missions Crew 1 et Crew 2, c’est l’artiste américain Gregory Manchess qui a dessiné le logo de cette mission. Voir l’interview de Gregory Manchess sur https://spacemen1969.blogspot.com/2021/05/rencontre-interview-avec-gregory.html

On y voit une capsule Crew Dragon s’élevant vers l’espace, dépassant le cercle, représentant en partie la Terre, et symbolisant l’effort international qui pousse à atteindre de nouveaux sommets de l’exploration spatiale.

Les flammes sont une représentation des milliers de personnes qui travaillent et qui ont travaillé pour le programme spatial habité aux Etats-Unis.

Parmi ces flammes, en jaune et à gauche, on peut y voir aisément le chiffre 3, qui correspond à la troisième mission habitée du programme Crew Dragon. Toujours en jaune, mais à droite, on y voit une tête de Dragon, rappelant bien sûr le nom de la capsule.

Enfin, on note la présence de quatre planètes rouges, qui représentent bien sûr les quatre membres d’équipage, mais aussi le futur de l’exploration spatiale, avec notamment l’exploration de Mars, mais aussi des corps célestes plus lointains.

Crew 3 fera partie des équipages Expedition 66 et 67 (nous avons déjà parlé du patch d’Expedition 66 puisqu’elle débutée avec Crew 2, et dont Thomas Pesquet a assuré le commandement de la première partie). A ce jour, le logo d’Expedition 67 n’est pas encore connu.

Patch Cosmic Kiss, patch personnel de Matthias Maurer

A l’instar des astronautes non-russes et non-américains, comme Thomas Pesquet pour Alpha et Proxima, Matthias Maurer a aussi un patch personnel pour sa mission qui a été baptisée Cosmic Kiss.

« C’est une déclaration d’amour pour l’espace », a déclaré Matthias Maurer au sujet du nom de sa mission.

Le patch a été conçu par Matthias Maurer et Sarah Poletti, designer de l’Agence spatiale européenne (ESA).

C’est la connexion entre les habitants de la Terre et le cosmos au travers de la Station spatiale internationale – que l’on voit entre la Terre et la Lune. C’est aussi le partenariat qui permettra d’explorer la Lune et Mars – que l’on voit en rouge. Cette connexion symbolise aussi le respect, la protection, la préservation de notre planète que chacun de nous doit avoir, et qu’il prend conscience grâce à l’exploration spatiale.

Le design du patch a été inspiré par le disque céleste de Nebra découvert en Allemagne en 1999 à Nebra-sur-Unstrut. Ce disque de bronze de 1 mètre de circonférence et de 2 kg date environ de 1 600 ans avant J.C. et est considéré comme la plus ancienne représentation connue de la voûte céleste. Il est conservé au Musée de la Préhistoire de Halle-sur-Saale, toujours en Allemagne.

On y voit un croissant de Lune et ce qui semblerait être, soit la pleine Lune, soit le Soleil. Et un groupe de sept étoiles qui pourrait être la constellation des Pléiades.

Les plaques et disques des sondes Voyager et Pioneer ont servi également d’inspiration à la conception de ce patch.

Le patch est donc une représentation de la fascination de l’espace par les hommes à travers le temps, sur ses questions quand aux origines de la vie que l’espace pose, et sur la curiosité qui nous pousse à explorer de plus en plus loin, pour mieux comprendre la Terre, le système solaire, l’Univers, et à mieux nous comprendre, et comprendre les origines de la vie.

Ce n’est pas la Terre qui est représentée mais la fine couche d’atmosphère qui l’entoure, qui nous est si précieuse.

La Station spatiale internationale, qui est le point de connexion entre la Terre et le cosmos, est représentée au sein d’un battement de cœur symbolisant la présence humaine et la passion qui font avancer l’exploration spatiale.

L’ISS est une oasis unique (à notre connaissance) dans l’espace. Elle ouvre la voie à notre future exploration spatiale, vers la Lune, Mars, et pourquoi pas au-delà, tout en étant un laboratoire, un banc d’essai, de science, de recherche, de compréhension de notre univers.

Les couleurs du patch ont été soigneusement choisies : noir pour l’espace, l’univers que nous cherchons à comprendre, rouge pour l’amour et la passion que nous avons pour l’espace et pour son exploration, or pour les étoiles, leurs énergies et leurs lumières qui permettent la vie, blanc pour la lumière, la technologie, le progrès scientifique qui éclaire les ténèbres de l’inconnu.

Logo SpaceX de la mission Crew 3

Comme à son habitude, SpaceX a créé son propre logo de la mission, logo qui n’est pas officiel. Seul celui de la NASA l’est.

Et comme d’habitude, le patch ne sera disponible que bien après le décollage de la mission, plus généralement après le retour des missions à bord des Crew Dragon.

On reconnaît un logo/patch SpaceX au fait que celui-ci porte systématiquement un trèfle à quatre feuilles dessus, un des symboles de la société.

Pour le décryptage de ce logo, même s’il n’y a rien d’officiel encore dessus, on peut déjà remarquer un point de départ et point de retour qui correspondent au décollage du Centre spatial Kennedy en Floride et au point d’amerrissage pas très loin puisqu’il est situé dans le Golfe du Mexique, à proximité des côtes de Floride.

On y voit ce qui semble une trajectoire orbitale et l’ISS, ce qui montre bien la présence humaine autour de la Terre. Quatre astronautes en combinaison SpaceX sont représentés – SpaceX a pris le parti, pour l’instant, de représenter des astronautes sur chacun de ses logos, au contraire de la NASA qui les a représentés qu’en de très rares occasions depuis 1961.

Quatre grosses étoiles, deux dans chaque coin supérieur, représentent aussi certainement l’équipage.

Stéphane Sebile