Chroniques de l’ISS – #18

Les autres stations spatiales

De nombreuses nations s’intéressent aux stations spatiales, alors que les Américains souhaitent mettre fin à l’ISS.

C’est le cas de la Chine, de la Russie ou de l’Inde ou pourquoi pas des investisseurs privés.

LA STATION CHINOISE

On sait très peu de chose sur le programme spatial chinois, on sait seulement qu’il est très ambitieux : station spatiale permanente ; la Lune, Mars etc..

Ils travaillent depuis longtemps à l’ébauche d’une station spatiale, qui s’inspire de celle des soviétiques, comme Saliut, leurs vaisseaux Shenzhou étant d’ailleurs des versions améliorées des Soyuz.

Rappelons que la Chine avait été exclue par les USA du programme de l’ISS de peur d’espionnage je suppose et de fuites vers une application plus militaire de l’espace

Finalement la Chine lance le premier élément de sa station orbitale Tiangong-1 (Palais Céleste) en 2011, il pèse près de 8500kg, pour comparaison, le module de base de l’ISS, Zarya a une masse double.

Un vaisseau Shenzhou 8 inhabité, est lancé quelques jours après et effectue un rendez-vous automatique avec le module Tiangong. Ce n’est qu’en Juin 2012 que la Chine à l’aide d’une fusée « Longue Marche 2F », un nouveau vaisseau Shenzhou-9 avec pour la première fois une femme astronaute de 33 ans à bord : elle s’appelle Liu Yang, native de la province du Henan, elle est aussi pilote d’avion.

Documents CNSA Vue de Tiangong-2 (partie inférieure de l’image) avec Shenzhou-11 amarré.

Mi septembre 2016, la Chine procède au lancement de sa deuxième station spatiale Tiangong 2 toujours par une fusée Long March 2F depuis la base spatiale de Jiuquan dans le désert de Gobi. La station Tiangong 2 : 10m de long, 3,3m de diamètre, 8,6 tonnes en orbite à 390km d’altitude. Cette station est une étape d’un projet plus ambitieux, la Chine s’intéresse en effet à ….Mars ! Il est composé de deux modules, un module de vie et d’expériences et un module de stockage et de propulsion.

Tiangong 3 (CNSA)

À partir de 2021/2022, la Chine devrait construire une station spatiale plus ambitieuse. Elle comporterait 3 modules s’inspirant des versions précédentes et procurerait près de 100m3 de volume habitable.

1er module lancé le 29 avril 2021. Nombreux séjours d’astronautes Chinois à ce jour pour mettre la station en service.

LA STATION RUSSE

Avec l’autorisation de A Zak

La Russie voudrait aussi sa propre station spatiale

Elle s’appellera ROSS   Elle sera plus petite que l’ISS

Début 2028

LE GATEWAY LUNAIRE

Mais la grande affaire des années qui viennent, c’est la station spatiale cis-lunaire, le Gateway, ou Lunar Gateway. Les USA, le Canada, l’Europe et les Japonais sont impliqués.

Un possible retour sur la Lune par de nombreuses nations, notamment les USA, amène au développement d’une base spatiale internationale autour de la Lune servant de point de départ pour des expéditions lunaires (Gateway) En s’inspirant de l’ISS, elle pourrait servir d’avant-poste pour aller sur la Lune ou plus loin.

Voici une configuration possible d’après NASA/ESA

Le futur sera encore plus intéressant que le présent.

Bon retour sur Terre à Thomas et à ses collègues !

Stay tuned comme disent les Américains !!

Jean-Pierre Martin