Les 25 ans de la mission Cassiopée

[17 août 2021]

Le 17 août 1996, la capsule Soyouz TM-24 (code radio Fregat) décolle en fin d’après-midi depuis le cosmodrome Baïkonour, au Kazakstan. Direction : la station russe Mir.
A bord, trois cosmonautes dont celle qui devient la première Française dans l’espace : Claudie André-Deshays – qui deviendra Haigneré après son mariage avec Jean-Pierre Haigneré en 2001.

Claudie André-Deshays est médecin rhumatologue, spécialiste de médecine aéronautique. Elle a été sélectionnée comme astronaute en septembre 1985 dans le groupe 2 du Cnes.

Après diverses fonctions au Cnes, dont celle de responsable des programmes de physiologie et de médecine spatiale (notamment la coordination scientifique de la mission Antares avec Michel Tognini), Claudie André-Deshays est nommée doublure de Jean-Pierre Haigneré, affecté à la mission franco-russe Altaïr qui doit avoir lieu en 1993 à bord de la station Mir. Les deux astronautes partent en 1992 à la Cité des Etoiles, près de Moscou, pour commencer l’entraînement.

Dix-huit mois d’entraînement
En janvier 1995, Claudie André-Deshays est nommée pour la mission Cassiopée, qui doit se dérouler originellement en mai 1996. Elle retourne donc à Moscou pour son entraînement, avec cette fois comme doublure Léopold Eyharts (sélectionné astronaute par le Cnes en 1990).


L’équipage titulaire désigné se compose de Guennady Manakov, commandant, de Pavel Vinogradov et de Claudie André-Deshays, qui seront respectivement ingénieur de vol et cosmonaute chercheur. L’équipage doublure est pour sa part composé de Valery Korzoun, d’Alexandre Kaléri et de Léopold Eyharts.

Les deux équipages se préparent pendant dix-huit mois et la mission glisse petit à petit jusqu’en août.
Tout est prêt pour un décollage imminent, quand, à cinq jours de celui-ci, le commandant Guennadi Manakov est déclaré inapte à ce vol suite à un problème cardiaque détecté lors d’une des dernières visites médicales avant vol. La règle est simple normalement : l’équipage titulaire est remplacé par l’équipage doublure.
Mais une exception aura lieu cette fois-ci : seuls le commandant et l’ingénieur de vol sont remplacés, laissant Claudie André-Deshays devenir la première Française dans l’espace, et encore la seule à ce jour !
Le décollage intervient le 17 août 1996 : c’était il y a 25 ans.

Un grand retentissement
Après un vol de deux jours, la capsule s’amarre à la station Mir et le travail va pouvoir commencer. De nombreuses expériences, notamment en physiologie et en neurologie, sont prévues, ainsi que de nombreux contacts avec les jeunes – d’ailleurs Claudie André-Deshays emporte avec elle plusieurs d’expériences développées par des jeunes.

Le retentissement de ce vol en France est très important, et suscite un réel engouement, notamment auprès des jeunes filles. L’astronaute deviendra un modèle et suscitera beaucoup de vocations dans les carrières scientifiques.
Elle rejoint à bord de Mir sa collègue américaine Shannon Lucid, qui se trouve à bord depuis mars 1996 ; c’est la première femme américaine à effectuer un séjour de (très) longue durée autour de la Terre. Elle redescendra sur Terre à la fin septembre, après avoir passé quelques 188 jours dans l’espace.

La mission Cassiopée prend fin le 2 septembre 1996. Elle a duré en tout 15 jours 18 heures et 23 minutes dans l’espace.
À la fin 1996, un livre co-écrit avec la journaliste Yolaine de la Bigne sort, racontant le parcours de la première Française de l’espace, son entraînement et sa mission.

Un second vol en 2001
En mai 1998, Claudie André-Deshays est de nouveau nommée comme doublure de Jean-Pierre Haigneré pour la mission Perseus à bord de la station Mir. Celle-ci doit avoir lieu en 1999 et, cette fois, durer six mois. Le couple repart à l’entraînement à la Cité des Etoiles.

En novembre 1999, l’ESA (Agence spatiale européenne) crée son propre corps d’astronautes et fusionne les corps nationaux respectifs qui existaient déjà. Claudie André-Deshays est alors la seule femme astronaute de l’ESA (après la Belge Marianne Merchez en 1992 et avant l’Italienne Samantha Christoforetti en 2009).


Fin 2000, elle est affectée comme titulaire sur la mission Andromède prévue pour octobre 2001, cette fois sur la Station spatiale internationale (ISS). Elle repart donc en janvier pour un nouvel entraînement à la Cité des Etoiles, où elle passera plusieurs qualifications, dont celle de pilote de Soyouz, c’est-à-dire qu’elle est à même de piloter et de ramener sur Terre la capsule spatiale s’il devait y avoir un problème.
La mission Andromède démarre le 21 octobre 2001 avec le lancement du Soyouz TM-33, qui s’amarre deux jours plus tard à l’ISS. Claudie André-Deshays (devenue Haigneré) devient la première Européenne à séjourner à bord de la nouvelle station.
L’ingénieur de vol du Soyouz TM-33est Konstantin Kozeïev, et son commandant n’est autre que Viktor Afanassiev, qui était le commandant de la mission Perseus de son mari Jean-Pierre en 1999 et dont elle était la doublure.
Claudie Haigneré revient sur Terre le 31 octobre après un séjour de près de 10 jours dans l’espace.

Stéphane Sébile

Crédits images : Collection Stéphane Sébile, CNES