Le cap des 100 jours est franchi

Crédit : ESA / NASA

[3 août 2021]

Le 31 juillet, la mission Alpha entamait son centième jour dans l’espace, un chiffre symbolique toujours guetté par les équipages (un écusson spécifique existe), et qui par ailleurs correspond au début de la seconde moitié du séjour de Thomas Pesquet et de ses acolytes à bord de la Station spatiale internationale : si le retour sur Terre du vaisseau Crew 2 a lieu le 11 novembre prochain, la moitié de sa mission a été atteinte entre le 1er et le 2 août.

Crédit : DR

Depuis plus de trois mois, et ce portail s’efforce de vous tenir informés, les membres de l’Expedition 65 n’ont pas chômé, entre un programme expérimental international dense, une sortie extravéhiculaire pour préparer le départ du module russe Pirs (le 2 juin), trois sorties extravéhiculaires complexes pour installer de nouveaux panneaux solaires iRosa (les 16, 20 et 25 juin), le chassé-croisé de sept vaisseaux de ravitaillement automatiques, le déplacement le 21 juillet du vaisseau Crew Dragon pour préparer l’arrivée prochaine de la cabine CST-100 Starliner de Boeing, et la récente arrivée (quelque peu mouvementée) du nouveau module-laboratoire russe MLM-U Nauka.

Une routine inévitable

« Honnêtement, j’ai l’impression que ça a été encore plus intense que lors de ma première mission… », constatait Thomas Pesquet le 1er août sur les réseaux sociaux, avant d’ajouter, avec son humour habituel : « On se reposera sur Terre ! ». Quelques jours auparavant (le 26 juillet), l’astronaute avait cependant confié qu’une certaine routine était inévitable, et lancé un appel à idées après de ses « followers » pour rompre la monotonie : « Malgré tout ce qui rend cette aventure complétement magique, la routine a fatalement tendance à s’installer (on est humains)… Qu’est-ce que VOUS feriez si vous étiez à bord d’une station spatiale ? Envoyez vos idées ! ».

Pierre-François Mouriaux