Comprendre et prévenir la sarcopénie

Crédit : ESA / NASA

[19 août 2021]

La sarcopénie est un syndrome qui se définit comme une baisse progressive et généralisée de la masse musculaire. Elle se caractérise non seulement par une diminution du nombre des cellules musculaires, mais également par une diminution de la taille des cellules restantes).

En effet, notre masse musculaire est déterminée par notre patrimoine génétique, mais également par les exercices musculaires que nous réalisons tout au long de notre croissance, jusqu’à la fin de la puberté. A l’âge adulte, cette masse musculaire a tendance à décroître de manière physiologique (par la taille et le nombre de cellules).

Cette dégénérescence a tendance à s’accélérer à partir de 50 ans, mais existe bel et bien dès l’âge adulte 30 % de la masse musculaire est perdue entre 20 et 80 ans. Le processus est majoré par la sédentarité ou le manque d’exercice physique.

Les astronautes constituent donc des sujets tout trouvés pour étudier ce phénomène, puisque l’absence de pesanteur peut être comparée à un phénomène de sédentarité et au manque d’exercice, les muscles n’ayant plus besoin de travailler pour supporter le poids du corps.

Parmi les contre-mesures proposées, il y a bien sur l’exercice physique mais d’autres pistes sont étudiées comme les traitements médicamenteux. Mais ces derniers s’avèrent difficiles à mettre au point, nécessitant des protocoles longs et coûteux : ils débutent par une phase d’étude en laboratoire, doivent s’assurer du bénéfice et de la non-toxicité du médicament, nécessitent des essais sur des échantillons de personnes représentatifs et nombreux. Le processus peut durer plusieurs décennies.

L’étude Cardinal Muscle

Parmi les expériences livrées le 12 août dernier par le vaisseau ravitailleur Cygnus NG-16 se trouve l’expérience américaine Cardinal Muscle Investigation, également appelée Tissue Engineered Muscle in Microgravity as a Novel Platform to Study Sarcopenia (Des muscles fabriqués par ingénierie tissulaire en micropesanteur comme nouvelle plateforme pour étudier la sarcopénie).

Elle a été développée avec la Nasa par l’Université de Stanford, en Californie, et l’institut BioServe Space Technologies, au Colorado.

L’étude vise à déterminer si des tissus artificiels conçus pour être cultivés dans l’espace et présentant la capacité de se contracter peuvent servir de modèle pour étudier la perte musculaire, et ainsi comprendre puis prévenir la sarcopénie, en évaluant les traitements possibles avant les essais cliniques. Les applications sont non négligeables car la lutte contre la sarcopénie constitue un enjeu majeur de santé publique : lutter contre la perte de la force musculaire, c’est en effet entretenir les capacités physiques de la population âgée, prévenir le risque de chute et de fracture, et maintenir une qualité de vie ou que ce soit sur Terre.

Installée dans le module-laboratoire japonais Kibo et utilisant notamment la boite à gants LSG (Life Science Glovebox), Cardinal Muscle Investigation a régulièrement mobilisé les astronautes Megan McArthur, Mark Vande Hei, Aki Hoshide et Thomas Pesquet entre le 14 et le 17 août.

Docteur Guélove Nolevaux et Pierre-François Mouriaux