CAMILLE FLAMMARION ET LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Image : H. Malorry

Pendant la première guerre mondiale, Camille Flammarion ne cessait de dénoncer la barbarie que subissait l’Europe. Mais il essayait également de donner un message d’espoir en décrivant sa vision d’un monde meilleur, comme dans ce texte extrait d’un long article paru dans l’Astronomie en 1918, quelques mois avant la fin de la guerre :
« Continuons donc, malgré tout, de vivre dans le Ciel aux heures où nous le pouvons. Vue de loin, dans l’espace, la Terre brille avec cet éclat céleste dont Jupiter et Vénus charment en ce moment nos yeux tous les soirs ! Mais vue de près ! !…
Ne désespérons pas, toutefois. La crise actuelle sera peut-être salutaire, et peut-être enfin, l’infamie de la Guerre s’étant montrée à tous dans son horreur véritable, l’humanité prendra-t-elle la détermination de ne plus la subir et s’organisera-t-elle rationnellement en États-Unis du Monde, en Société des Nations. Ce qui paraît une utopie depuis si longtemps deviendra peut-être une réalité forcée, sous peine de ruine totale définitive.  »