Améliorer le sommeil des astronautes

[Article paru dans Air & Cosmos n°2745 du 23 juillet 2021]

Parmi les expériences françaises menées à bord de la Station spatiale internationale par l’astronaute Thomas Pesquet figure une démonstration technologique utilisant un « bandeau de sommeil » issu du commerce.

Dreams (Rêves, en anglais) est l’une des douze charges utiles scientifiques ou technologiques proposées par le Cnes au cours de la mission Alpha. Cette démonstration technologique a été développée par le Cadmos (Centre d’aide au développement des activités en micropesanteur et des opérations spatiales), avec la startup parisienne Dreem (créée en 2014) et les Hôpitaux de Toulouse. Elle se compose d’un « bandeau de sommeil » frontal connecté équipé de capteurs électroencéphalographiques, développé et commercialisé sur Terre par Dreem, pour mesurer l’activité cérébrale en temps réel pendant les phases de sommeil paradoxal, et améliorer le repos, en particulier chez les insomniaques, grâce à la diffusion de bruits roses (sons de la nature) qui aident à l’endormissement plus rapide et à un réveil au bon moment.

A partir d’un appareil du commerce

Le modèle utilisé par Thomas Pesquet à bord de l’ISS (et qui le sera par son collègue allemand Matthias Maurer au cours de la mission Cosmic Kiss) a été adapté à une utilisation en micropesanteur, et doté d’un module de communication supplémentaire. Il permet de mesurer l’adaptation et l’évolution des cycles de sommeil de l’astronaute, en récupérant un certain nombre de données enregistrées durant ses périodes de repos : son activité électrique cérébrale, sa fréquence cardiaque et respiratoire, et ses mouvements, affectés par l’état de micropesanteur. Les mesures doivent être effectuées avant le vol, à différents moments du vol, puis après le vol. Différentes sessions ont ainsi eu lieu mi-mai, fin juin, tandis que d’autres sont prévues en septembre. Une application installée sur une tablette mise à disposition de Thomas Pesquet lui permet de visualiser au réveil un premier jeu de données.

Trousse de transport innovante

Deux exemplaires de Dreams ont été livrés en février dernier à l’aide du vaisseau ravitailleur automatique Cygnus NG 15, dont un rangé dans la trousse de transport Renewable Foam, conçue avec un matériau recyclable réalisé en impression 3D avec des polymères d’origine naturelle (Poly Hydroxy Alkanoate et Polybutyro Succinate Adipate). Le projet est issu d’une collaboration avec plusieurs entreprises bretonnes. L’étude du sommeil des astronautes en micropesanteur est loin d’être nouvelle, mais le casque Dreams se distingue par sa grande ergonomie, sa rapidité d’installation (avec des électrodes sèches, qui évitent un long « casquage » avec du gel d’impédance et des fils, puis un nettoyage du cuir chevelu), et sa simplicité d’utilisation. Si son utilisation dans l’espace est validée par les manipulations de Thomas Pesquet et Matthias Maurer, le bandeau mis au point par Dreem restera à bord de l’ISS et pourra être utilisée pour des protocoles scientifiques sur d’autres sujets astronautes. Il pourra ainsi servir à préparer les missions lointaines de plus longue durée.

Pierre-François Mouriaux

Crédit image : CNES