[27 septembre 2021]

2,2 tonnes de fret

Crédit : NASA

Le vaisseau-cargo automatique Dragon CRS 23 qui a rejoint la Station spatiale internationale le 30 août dernier marquait la 22e mission de ravitaillement (inhabitée) de l’ISS assurée avec succès par SpaceX depuis octobre 2012 (la mission CRS 7 ayant été perdue au décollage, le 28 juin 2015).

A bord du vaisseau d’environ 6 tonnes au décollage se trouvaient 2,2 tonnes d’équipements.

Aux côtés des produits frais pour l’équipage (480 kg) se trouvaient des fourmis, des crevettes et des plantes (des graines d’Arabettes des dames), destinées à des expérimentations scientifiques.

Un petit bras robotique japonais

Parmi les équipements les plus imposants, citons un petit bras robotique japonais, appelé GITAI S1 Robotic Arm Tech Demo, qui a été conçu par la start-up de robotique spatiale GITAI Inc., créée en 2016. Ce bras est, contrairement à celui qui équipait la navette américaine, à taille humaine. Il possède huit degrés de liberté et il est capable d’atteindre des objets jusqu’à 1 m de distance. Il sera testé à bord de la station, dans le sas Bishop de Nanoracks amarré à l’un des ports du module Tranquility. Il est capable d’effectuer des tâches de montage de structures, de visser/dévisser des éléments, de les remplacer, de manipuler des interrupteurs, des outils, et des objets mous, de conduire des expériences scientifiques avec un certain degré d’autonomie (certaines tâches seront automatiques, mais d’autres seront télé-opérées depuis le centre de contrôle de la Nasa à Houston, au Texas). L’objectif de GITAI est à terme de l’utiliser hors de la station, voire pour de la réparation de satellite ou en soutien pour de futures bases habitées lunaires.

Une plateforme de recherche flexible

La capsule Dragon emportait également une plateforme de recherche flexible développée par la société texane ProXopS : la Faraday Research Facility. Elle être installée sur un rack d’expériences Express à l’intérieur de la station, pour expérimenter un système de distribution de médicament contrôlé à distance, qui pourra être rapporté sur Terre. Les scientifiques expliquent que l’expérience pourrait offrir une alternative aux volumineuses pompes à infusion pour le traitement de maladies chroniques pour les patients sur Terre. Il est à noter que, parmi les expériences prévues à son planning, Thomas Pesquet réalise quotidiennement entre quatre et cinq expériences en médecine (sur les cellules souches et la physiologie principalement).

La Faraday Research Facility accueille aussi des expériences éducatives.

CRS 23 embarquait par ailleurs des échantillons pour des tests de béton, de nouveaux matériaux pour vaisseaux spatiaux, des composites en fibre de verre, des cellules solaires sur film fin, des matériaux de protection anti-radiations, etc.

Enfin, sept cubesats faisaient aussi partie du voyage. Ils seront déployés en dehors de la station dans les semaines et les mois qui viennent.

Jean-Pierre Nouaille

Lien : Article cubesats